jour du dépassement 2021

Cette année, c’est aujourd’hui le jour du dépassement de l’année, le 29 juillet. L’an dernier, avec la crise sanitaire, ce jour avait reculé. Il est désormais revenu à la date de 2019.

Le jour du dépassement, pour rappel, est le jour où nous avons utilisé toutes les ressources que la planète peut produire en une année : après ce jour, nous aurons produit plus de légumes, abattu plus d’arbres, tué plus de poissons, etc. que la planète ne peut produire en une année.

Cette date symbolise ce que nous infligeons à la planète, la surexploitation et la surconsommation.

Si elle a reculé en 2020, cela signifie que nous avons moins produit alors et que nous avons limité notre consommation. Nous avons donc le pouvoir de consommer moins, tout en vivant bien. Nous avons aussi la possibilité de favoriser les entreprises qui ne surexploitent pas la planète.

Quand on y réfléchit, combien de poissons péchés et combien de poissons vraiment consommés ? Combien de légumes produits et combien de légumes réellement ingurgités ? Combien d’animaux élevés pour la production de viande (et combien de production de nourriture et d’utilisation d’eau pour cela ?) et combien vraiment mangés ?

Combien de choses jetées, parfois neuves ou encore utilisables pour son usage ou un autre usage ?

Combien d’emballages produits à partir des ressources pétrolières, des forêts et combien finissent incinérés ?


Aujourd’hui, jour du dépassement, prenons au moins une résolution positive pour faire reculer ce jour à plus loin dans le calendrier l’année prochaine.

Bénédicte

nettoie ta plaine

On le constate, les initiatives locales qui visent à améliorer notre environnement, à favoriser les bonnes pratiques pour lutter contre le réchauffement climatique, pour consommer mieux, pour vivre en harmonie avec la nature et la respecter se développent de plus en plus.

Nous ne devons pas attendre des actions de nos élus, car nous pourrions attendre longtemps. Nous avons un pouvoir de citoyens et cela ne demande pas tant de temps comparé aux bénéfices que cela génère.

L’association Nettoie ta plaine fait partie de ceux qui œuvrent dans ce sens. Basée à Pierrelaye, dans le Val d’Oise, elle agit, grâce à une vingtaine de bénévoles, pour décrasser les bois et les plaines, encombrés des déchets que quelques inconséquents abandonnent : des gravats, des déchets de chantiers, des appareils ménagers.

Les décharges sauvages appelant rapidement d’autres dépôts, les bénévoles se dépêchent d’agir dés qu’ils en trouvent un, avant que le tas ne se transforme en une plus grosse déchetterie.

L’association est toujours à la recherche de bénévoles. Il est possible de les contacter via leur page Facebook : https://www.facebook.com/pages/category/Environmental-Conservation-Organization/Nettoie-ta-plaine-101904125162447/

Et si vous souhaitez un peu plus d’informations sur leurs actions, la gazette du Val d’Oise a publié un article sur cette formidable association : https://actu.fr/ile-de-france/pierrelaye_95488/val-d-oise-plaine-de-pierrelaye-bessancourt-des-citoyens-agissent-contre-les-depots-sauvages_38840684.html

Par ailleurs, sur le site jagispourlanature.org, vous trouverez d’autres initiatives de ce type, à repérer sur une carte : https://jagispourlanature.org/recherche?type.name=Ramasser%20des%20d%C3%A9chets

Chacun peut s’y inscrire.

Vous pouvez aussi signaler les décharges sauvages à votre mairie et/ou sur le site clean2gether.com : https://www.clean2gether.com/comment-ca-marche ou sur Stop Décharges Sauvages : https://stop-decharges-sauvages.fr/

Enfin, n’hésitons pas à sensibiliser notre entourage sur cette problématique.

Assurons-nous, lorsque nous embauchons un entrepreneur pour faire des travaux ou quand nous faisons appel à une personne pour se débarrasser de notre électroménager, que les déchets seront bien emmenés dans une déchetterie.


Bénédicte

protection des abeilles

Le combat pour protéger les abeilles qui sont décimées par les doses massives de pesticides dispersés sur les champs continue. Et Pollinis appelle à participer à la consultation publique pour exiger un plan pollinisateurs, afin de les protéger.

Chacun d’entre nous peut participer à cette consultation pour apporter du poids, en copiant un texte, donné par Pollinis, sur le site de la consultation et en indiquant ainsi que les butineuses sont précieuses.

Il s’agit d’une petite action de chacun qui peut avoir de grandes conséquences. Mobilisons-nous !

Voici le lien de Pollinis : https://info.pollinis.org/consultation-arrete-abeilles/?akid=9807.1544274.Vytbnf&rd=1&t=10

Cela prend 5 minutes.

Les abeilles comptent sur vous.

Bénédicte

conférence sur la forêt

Pour la dernière conférence de la saison, Mouvement Up souhaite mettre à l’honneur la forêt, le 8 juillet à 18h00.

La biodiversité des forêts se meurt en raison de la surexploitation du bois et surtout de l’expansion de l’agriculture. Cette déforestation massive entraîne la pollution de l’air et des sols, et provoque un désordre planétaire qui met en péril la capacité de résilience des écosystèmes biologiques. La forêt amazonienne est la première concernée; à bout de souffle, le poumon vert de la planète rejette davantage de CO2 qu’il n’en absorbe. En cause, entre autres, l’Union européenne qui importe et consomme 36% des denrées agricoles et des produits d’élevage.

Face à ces alarmants constats, des chercheurs, des ONG et des pays importateurs se mobilisent en faveur d’une consommation « zéro déforestation » à l’horizon 2030. Ils s’engagent pour la fin des importations de produits forestiers ou agricoles détruisant les forêts comme le cacao, l’hévéa, le soja, l’huile de palme, le bois, ses produits dérivés et la viande bovine. Avec son association, le botaniste et biologiste Francis Hallé souhaite faire renaître une forêt primaire en Europe de l’Ouest. En créant un vaste espace d’environ 70 000 hectares, la forêt évoluera de manière autonome, sans aucune intervention humaine.

La conférence aura lieu en ligne.

Pour s’inscrire : https://www.mouvement-up.fr/evenement/la-foret-notre-poumon-grandeur-nature/?utm_source=mailingconf&utm_medium=mailing

Et si vous avez envie de prolonger cette conférence par des lectures, voici quelques ouvrages pour se plonger dans la forêt ou dans les bois :

Walden ou la vie dans les bois de Henry David Thoreau qui nous raconte son expérience de vie dans la forêt (au XIXème siècle), la construction de son propre habitat, son mode de vie qui lui a permis de vivre en autarcie pendant deux années, tout en nouant des relations avec son voisinage.

Construire un feu de Jack London pour ceux qui aiment les contrées enneigées et l’aventure. A prolonger par les autres récits de Jack London dans le Yukon à la recherche de l’or du Klondike, tels que L’appel de la forêt (dont le titre original The call of the wild pourrait mieux se traduire par L’appel du sauvage ou de la nature) ou Radieuse Aurore.

Yaak Valley Montana de Smith Henderson dont l’action se passe en partie dans les bois.

Dans la forêt de Jean Hegland dont la thématique forte est la survie en autosuffisance, mais pas que…

Et pour comprendre la communication entre les arbres et des arbres avec leur environnement :

La vie secrète des arbres de Peter Wohlleben que l’on trouve aussi en version illustrée avec de magnifiques photographies.

Ou encore :

L’arbre-monde de Richard Powers qui est un récit fictionnel parsemé de données scientifiques. Si vous avez lu La vie secrète des arbres avant, vous trouverez peut-être que vous étiez déjà au courant de pas mal d’informations distillées au fil de l’histoire.

Sukkwan Island de David Vann.

Si vous avez lu d’autres récits se passant en forêt, n’hésitez pas à les partager en commentaire.

Voilà de quoi aller se rafraîchir dans la verdure en temps de canicule.

Bel été !

Bénédicte

fête du pain

… et faites du pain ce dimanche 6 juin à la Cité Fertile.

Au programme : des conférences sur le thème pain, de la production de blé, des ateliers pour apprendre à faire du pain au levain (sur inscription), de la musique et même un four à disposition pour venir faire cuire son pain…

Entrée libre

La Cité Fertile se trouve à Pantin. L’adresse sur leur site.

Bénédicte

rendez-vous aux jardins

Du vendredi 4 juin au dimanche 6 juin, l’évènement Rendez-vous aux jardins revient avec des animations partout en France : des visites de jardins, des ateliers (rempotage, greffe, création d’une rose…), des conférences, etc.

Le thème cette année est « La Transmission des savoirs ».

Ce sera l’occasion de prendre l’air et de profiter de la nature après ces longs mois.

Pour le programme : https://rendezvousauxjardins.culture.gouv.fr/

Bénédicte

le week-end des possibles

Le week-end prochain, 22 et 23 mai, la Fondation GoodPlanet ouvre ses portes, de 11h00 à 19h00, après plusieurs mois de fermeture pour :

Le week-end des possibles, avec des rencontres sur les questions environnementales (urgences climatiques, zéro déchet, écoféminismes, pesticides…) et des ateliers (cuisine, etc.).

Le programme est sur le site de la fondation : https://www.goodplanet.org/fr/domaine/le-week-end-des-possibles-goodplanet-x-obs/?utm_source=mailpoet&utm_medium=email&utm_campaign=goodplanet-rouvre-ses-portes-le-19-mai

Voilà de quoi se déconfiner sans déconfiture.

Bénédicte

un peu de lecture

Un retour à la nature par la littérature peut être un bon début.

Walden ou la vie dans les bois de Henry David Thoreau est une entrée en matière parfaite pour donner envie de se recentrer sur l’essentiel.

L’auteur y raconte comment il est parti construire son propre logement – une modeste cabane – dans la forêt, au bord du lac de Walden, au XIXème siècle et a vécu là pendant près de deux ans, se contentant de peu et sans besoin d’autre chose que de cette rencontre avec la nature, ponctuée de discussions avec des visiteurs de passage.

La liste de David Georges Dans Les Bois, Liste De, Livres, Henry David Thoreau

Certains passages sont un régal littéraire. On vit cette expérience avec lui. Et on apprend beaucoup sur la faune et la flore de la région.

Le livre est disponible dans les médiathèques de Colombes.

Bonne lecture

Bénédicte

se nourrir de culture

Comprenez-vous que les consommateurs puissent se côtoyer à moins de 1 mètre de distance, ouvrir les portes vitrées des réfrigérateurs les uns après les autres, toucher les produits déjà touchés par d’autres clients, dans les supermarchés, tandis qu’il est interdit d’aller au cinéma, à plusieurs mètres de distance d’un autre spectateur dont on n’aura pas touché ce qu’il a touché ?

Dans les cinémas, les théâtres, les salles de spectacle…, les portes restent ouvertes jusqu’au début du spectacle ou du film pour éviter les transmissions de virus dont on sait qu’elles se font le plus par les mains.

Plus difficile de laisser les portes des frigos des supermarchés ouvertes et d’interdire à un client de toucher un produit avant de le remettre dans le rayon, non ?

En ce qui concerne les musées, les expositions, il est possible de limiter le nombre d’entrées également. Et personne ne se risque à toucher les oeuvres d’art.

Les citoyens se mobilisent pour la réouverture des théâtres, des cinémas…#feuvertpourlaculture

A faire suivre !

Bénédicte

revue de lecture

Deux ouvrages intéressants et sans aucun lien l’un avec l’autre, si ce n’est qu’on peut les emprunter à la médiathèque de Colombes.

Je mange bio même en rando ! de Cléa et Linda Louis

Des recettes assez simples mais originales, à préparer la veille ou sur le lieu même de la randonnée, avec le matériel recommandé, dans le cas de randonnée sur plusieurs jours.

Je mange bio meme en rando ! - Clea - Linda Louis ...

Dans un tout autre genre, et en écho avec l’article sur le tri, il y a quelques semaines :

Recyclage, le grand enfumage de Flore Berlingen

Recyclage : le grand enfumage de Flore Berlingen – La ...

Entre autres, on y apprend que bon nombre des emballages que l’on met dans nos poubelles de tri ne sont pas recyclables car les filières de recyclage n’existe pas ou parce qu’il est plus coûteux de les recycler que de les incinérer. Donc malgré les logos présents sur les emballages et qui ne garantissent aucunement que l’emballage sera recyclé, par manque de moyens, la majorité des plastiques finissent pas polluer l’air par leur incinération ou le sol dans les décharges.

Par ailleurs, on apprend que les quatorze filières « Responsabilité élargie du producteur » obligatoires, mises en place entre 1992 et 2018, sont créées, pilotées et détenues par « leurs adhérents, les metteurs sur le marché, c’est-à-dire les entreprises visées par cette « responsabilité élargie » ».

L’éco-organisme de la filière emballages, Citeo, compte parmi ses administrateurs les représentants de Lactalis, Coca-Cola, Nestlé, Evian , Auchan, Carrefour… selon cette étude.

On apprend également que lorsque les sociétés innovent avec de nouveaux emballages dont elles disent qu’ils sont recyclables, elles omettent d’indiquer que les moyens de recyclage n’existent pas encore et que l’emballage en question finira incinéré ou en décharge.

Cela confirme que le meilleur déchet est celui qu’on ne crée pas. Par conséquent, mieux vaut penser à un achat sans emballage plastique que de mettre un emballage dans une poubelle de tri.

Si la gestion des déchets vous préoccupe, je vous recommande de suivre le MOOC La politique publique des déchets en 5 questions, sur la plateforme FUN (https://www.fun-mooc.fr). Il est gratuit.

Cependant, attention, quand ils utilisent le terme de « déchets ménagers » dans les vidéos, ils parlent des déchets qui se ne sont pas triés. Cela ne comprend pas les déchets qu’on met dans les poubelles de tri. Aussi, la vision est limitée et, à aucun moment, il n’y est fait mention de la problématique du « recyclable – recyclé ». Il s’agit d’apprendre surtout ce que l’on fait des déchets non triés.

On sera peut-être choqué de voir que les biogaz obtenus par fermentation de ces déchets sont brûlés à leur sortie, car, nous dit-on, produits en trop petite quantité pour être exploités. Eh oui ! On en est là !

Cultivez-vous ! Informez-vous ! Nous avons la chance de pouvoir trouver de l’information et de porter un regard critique sur les différentes informations qu’on nous donne. Sans tomber dans le complotisme, bien sûr.

Bénédicte