cliquer, c’est polluer

Nous parlions il y a un peu plus d’un an, dans un article sur ce blog, de la consommation en énergie liée à l’utilisation d’internet et France Inter a réalisé un très bon reportage dans le magazine Interception diffusé ce jour que je vous invite à réécouter en podcast :

https://www.franceinter.fr/emissions/interception/interception-06-novembre-2016

On y apprend combien l’utilisation d’un moteur de recherche consomme, ce que l’usage des objets connectés qui sont rattachés au cloud (cet espace virtuel sur lequel sont stockées nos données) nécessite en énergie, etc.

data center

Nous pensons souvent que lorsque nous sommes sur internet, nous consommons uniquement l’électricité pour brancher notre ordinateur ou notre téléphone. Et nous oublions que les sites, les réseaux sociaux, ce blog aussi sont hébergés par des serveurs qui ont une place tout ce qu’il y a de plus physique dans ce que l’on appelle les data centers.

Ce sont de grands bâtiments où s’alignent ces boîtes faites de matériaux et qui consomment des quantités démentielles d’énergie pour fonctionner.

Sans compter qu’il faut les refroidir sous peine que le système s’arrête, les composants électroniques étant sensibles à la chaleur.

Le reportage d’Interception met le doigt également sur le problème des nuisances sonores et des risques quant à la sécurité des personnes qui habitent à proximité de ces data centers.

En effet, en cas de coupure d’électricité, des groupes électrogènes sont installés dans ces centres et ces groupes fonctionnent au fuel stocké en quantité astronomique dans des zones résidentielles parfois.

tablette

Une note d’espoir et nous en parlions déjà dans notre article en octobre 2015 : la chaleur produite dans ces bâtiments peut être récupérée et transférée pour chauffer des habitations ou des installations, telles une piscine à la Butte aux Cailles.

Mais il y a encore du chemin à faire pour que l’énergie produite par tous les data centers soient en effet réutilisée.

Cet article peut paraître comme une redite de ce dont nous avons déjà parlé, mais il apparaît que depuis quelques temps, les médias commencent à prendre conscience des impacts environnementaux d’internet et des objets connectés.

Il semble important de relayer le message et d’inciter à la réflexion les utilisateurs, y compris ceux qui postent des messages dont on se passerait facilement sur les réseaux sociaux, en oubliant que tout cela nécessite de l’électricité.

De même, on vous recommande de faire du ménage dans vos boîtes emails et d’effacer les messages inutiles qui eux aussi sont stockés sur les serveurs.

Bien sûr, cet article-ci va nécessiter également la production d’électricité dont on se passerait bien, mais s’il peut contribuer à éviter la création de milliers de tweets, de posts, d’articles de blog qui n’apportent rien de neuf, alors il peut contribuer à limiter cette production au final.

Dans un contexte où on incite de plus en plus les entreprises à publier sur les réseaux sociaux, à créer du contenu à tout prix dans des blogs, afin de recruter des clients, quitte à recycler des articles, à n’apporter rien de nouveau, juste pour le besoin de publier du contenu, de montrer sa présence en ligne, on peut se demander quelle est la marche à suivre adéquate pour ces entreprises, afin de croître tout en contribuant à améliorer notre environnement.

Bénédicte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s