va où ton cœur te porte

C’est le titre d’un livre et c’est aussi une recommandation que l’on devrait se répéter et prononcer pour ceux qui nous entourent et qui cherchent conseil ou qui cherchent du sens dans leur vie.

On oublie trop souvent de suivre notre cœur et la raison, du moins une raison que l’on s’impose, a tendance à surpasser ce que notre cœur tente de nous dire. Cela fait partie des contradictions de l’être humain qui, on le sait, est complexe et parfois paradoxal.

Aujourd’hui, tournons-nous vers une amapienne de notre AMAP qui a décidé de suivre son cœur, pour quitter une vie de confort financier qui ne la satisfaisait pas complètement, afin d’aller vers une nouvelle vie totalement inconnue qui sera, certes, moins confortable financièrement, mais qui lui correspondra mieux, qui lui donnera le sens qu’elle cherche. Certains diront que c’est courageux et qu’ils n’auraient pas osé et c’est vrai. Pourtant eux aussi sont courageux de rester dans une situation qui ne leur convient pas, de subir quelque chose qui ne leur ressemble pas au fond.

Ferme Florence

De belles histoires comme celle de Florence, on aimerait en entendre tous les jours. Après une longue carrière dans l’informatique, elle a décidé, avec son mari, de tout quitter : cette vie parisienne trop bruyante, trop polluée, agressive parfois, troquée contre la montagne vosgienne où on respire l’air pur, où on n’entend plus que le chant des oiseaux, où il n’y a pas d’embouteillage, pas de tête tristounette qui se balance au rythme du métro.

Dans quelques temps, le rêve va devenir réalité. Après avoir rénové une magnifique ferme que je vous invite à aller découvrir sur leur blog, ils vont d’abord ouvrir des chambres d’hôte et un gîte, avant d’accueillir les premières chèvres Angora de la région. L’élevage doit se mettre en place fin 2016, avant de pouvoir faire les premières récoltes de laine en 2017.

Un autre rythme que celui des chèvres. Et pas d’autre choix que de se plier à ce rythme. Prendre le temps de regarder le temps qui passe.

C’est autre chose que de faire dix mille actions au même moment sans bien comprendre dans quel espace-temps on se trouve, un phénomène bien connu aujourd’hui : regarder la télévision, en pianotant sur son ordinateur, tout en jetant un coup d’œil à chaque minute sur son smartphone. A force de multiplier les actions, nous ne sommes plus jamais présents à ce que nous faisons et en terminant la journée, nous ne sommes plus capables de voir ce qu’il y a eu de bon dans notre activité du jour, plus capables d’être satisfaits d’une chose dont nous pourrions dire qu’elle nous a apportée un bénéfice.

chèvre angora

Vivre au rythme de la montagne, d’un petit village, des animaux et pouvoir récolter, après des mois de patience, de soin, ce que ces chèvres portent précieusement sur leur dos, c’est retrouver le sens de ce que l’on fait, de pourquoi on le fait. Ne plus être perdu dans une entreprise, à recevoir les ordres d’un chef qui reçoit lui-même les ordres d’un chef… sans savoir au final où notre travail va mener et parfois, d’ailleurs, cela ne mène à rien, car le travail est mis à la poubelle, ne sera jamais utilisé…

Evidemment et heureusement, ce n’est pas le cas partout et pour tout. Mais si on trouve de plus en plus de personnes qui créent leur propre structure ou qui partent de plus en plus à la campagne pour se lancer dans une aventure aussi excitante que celle de Florence, c’est bien que le modèle actuel commence à battre de l’aile.

Beaucoup hésitent encore, ne sauteront sans doute jamais le pas, la peur étant la plus forte. La peur de perdre une vie qui ne nous convient pas, mais qui nous offre un salaire à chaque fin de mois.

A ceux-là, on a envie de dire : nous n’avons qu’une vie. Ce n’est pas dans la deuxième que l’on pourra saisir cette opportunité, car il n’y en a pas de deuxième. Ce n’est pas plus tard, car plus tard, ce sera trop tard. Qu’avons-nous à perdre ? Quitte à se planter ? Est-ce bien grave ? On se relève et on repart.

A ceux-là, on a envie de dire : « Va où ton cœur te porte ! »

Souhaitons donc à notre super amapienne, Florence, beaucoup de succès dans cette nouvelle aventure. N’oubliez pas de suivre son blog et si vous avez l’occasion de passer faire un tour dans cette magnifique région des Vosges, d’aller profiter de son gîte, parce que vous ne pourrez qu’être agréablement accueillis par son sourire, sa sympathie et son enthousiasme.

Bénédicte

2 réflexions sur “va où ton cœur te porte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s