le gâchis / Partie 1

Nous avons déjà évoqué le sujet du gâchis précédemment dans notre série d’articles : Comment consommons-nous ?

Mais il est bon d’y revenir avec une nouvelle série qui concerne plus particulièrement le gaspillage alimentaire et tout ce que cela implique.

 gaspillage poubelle

Pourquoi parler encore de cela et pourquoi maintenant, alors qu’en décembre 2013, soit il y a un peu plus d’un an, nous évoquions déjà l’idée de n’acheter que ce dont nous avons besoin ?

Eh bien, peut-être avons-nous été entendus ou peut-être chaque voix exprimée a fini par devenir un grand élan et voici que je découvre Mathieu Kassovitz l’autre jour dans mon poste de télévision en train de parler du gaspillage. Il n’est pas le premier, nous le savons, mais si les personnalités commencent à mentionner ce phénomène, c’est que les petites voix se sont fait entendre et que cela commence à intéresser ceux qui ont plus d’influence et qui vont porter le message.

Il faut savoir que le pourcentage de fruits et légumes jetés par un producteur équivaut à environ 45% de ce qui est produit, du fait principalement du calibrage réclamé par les distributeurs. Et sur ce qui est mis en vente, il y a encore une partie des produits qui sont jetés, parce qu’ils pourrissent ou que leur date de péremption approche. Et sur ce qui est acheté, il y a encore une grande partie qui sera jetée dans nos poubelles.

Tout d’abord, j’aimerais rappeler combien les petits commerçants ont un rôle important pour nous consommateurs qui souhaitons moins jeter.

Oui, nous jetons beaucoup. Et, dans cette lutte contre le gaspillage, le petit commerçant est notre allié, car il va pouvoir nous proposer de consommer juste ce dont nous avons besoin. Il va nous conseiller mieux que personne, du moins si c’est un honnête commerçant, en nous aidant à déterminer le poids adéquat de notre poulet ou de notre rôti, ce qu’il nous faut en quantité de légumes pour notre couscous pour 5 personnes, la taille du gâteau à amener chez nos amis pour le dessert…

Et puis, il va adapter, couper, trancher pour nous éviter le gaspillage contre lequel nous n’avons pas de moyen d’agir, quand on achète sa viande pré-emballée, son pain sous cellophane, ses gâteaux sous cloche plastique.

 Baguette

Sans compter qu’au niveau de la qualité, il n’y a pas photo.

Alors certes, c’est un peu plus cher, mais comme c’est adapté à notre réel besoin, nous consommerons moins et gaspillerons moins de nourriture et d’argent.

Cuisiner soi-même plutôt que d’acheter des plats tout prêts permet aussi de moins jeter et de manger les proportions requises pour satisfaire ses besoins nutritionnels. Et au passage, on évite les emballages superflus qui encombrent les poubelles.

Contrairement aux idées reçues, cela ne prend pas beaucoup de temps et cuisiner permet d’évacuer le stress accumulé au cours de la journée en concentrant son attention sur ses gestes, ce qui a pour effet de faire oublier tous les tracas. Oui, oui, c’est vrai. Essayez !

 

Bénédicte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s